Basketball féminin africain: La jeune sénégalaise, Léna Niang citée parmi les stars de demain !

Le mot ‘talentueux’ à lui seul ne suffit pas à décrire la nouvelle génération du basket féminin africain. Les futures stars du continent sont talentueuses, douées et – à en juger par leurs performances dans les plus récentes compétitions de FIBA Afrique -, elles sont un cadeau pour chacune de leurs équipes nationales respectives.

Les noms d’Ezinne Kalu, Astou Traoré, Soraya Mohamed, Italee Lucas vous sont familiers ? Elles sont fantastiques, c’est un plaisir de les voir à l’œuvre, mais penchons-nous plutôt sur les joueuses que vous ne connaissez pas encore.

Qui sont les Africaines les plus prometteuses ?

Elles ont entre 17 et 23 ans, elles ont représenté leurs pays au moins une fois sur la scène internationale et, dans la plupart des cas, des scouts internationaux, des universités américaines et des clubs européens n’ont pas hésité à leur donner une chance de changer leur vie.

Avec la prochaine édition du FIBA Women’s AfroBasket prévue en 2021, voici l’occasion de découvrir les stars de demain du basket féminin africain.

Lena Niang (23 ans), Sénégal
Ne vous laissez pas induire en erreur en consultant ses statistiques au FIBA Women’s AfroBasket 2019, où Niang n’a marqué aucun point lors des trois premiers matchs.

Ce qui compte, c’est que lorsque le Sénégal a eu le plus besoin d’elle, en finale, la joueuse d’alors 21 ans s’est illustrée, transformant deux de ses trois essais à longue distance pour finir la rencontre avec 8 points et 4 rebonds, n’empêchant toutefois pas le Nigeria de gagner le sacre continental (score final : 60-55).

L’intérieure de 1.88m, passée par l’université de Temple, a les qualités requises pour aider le Sénégal à briller à l’occasion des prochains tournois importants.

Chanaya Pinto (20 ans), Mozambique
Elle a probablement été la plus grande absente de son équipe lors de la compétition à Dakar l’an dernier. Pinto a participé au Championnat d’Afrique féminin U16 en 2015, conduisant son pays jusqu’au 4e rang. Il ne fait aucun doute qu’elle deviendra une star.

Après une saison dans le club portugais de Campeonato Nacional, Pinto a traversé l’Atlantique pour rejoindre les rangs du Northwest Florida State College. La joueuse de 1.86m a bouclé sa première saison avec des moyennes de 13.9 points, 8.3 rebonds et 2.8 assists par match.

Djeneba N’Diaye (23 ans), Mali
Depuis quelques années, c’est dans les grandes compétitions que N’Diaye semble le plus à l’aise. Après avoir dominé au niveau continental jeunesse, elle a fait ses premiers pas sur la scène mondiale à l’occasion de la Coupe du Monde Féminine U17 FIBA 2012, alors âgée de 15 ans.

Elle y a pris part une seconde fois deux ans plus tard, avant de montrer tout son talent offensif durant la Coupe du Monde féminine U19 FIBA.

L’arrière de 1.86m a fêté sa première sélection en équipe nationale senior à 18 ans, dans le cadre du FIBA Women’s AfroBasket 2015.

Mariam Coulibaly (22 ans), Mali

Il y a un peu plus d’un an, elle n’avait que 20 ans lorsque le Mali s’est lancé en quête d’un tout premier sacre continental.

Grâce à sa domination sous les paniers combinée à son adresse à longue distance, l’intérieure de 1.94m a confirmé que le basket féminin malien était en de bonnes mains.

Peu de temps après le FIBA Women’s AfroBasket 2019, la légende nationale Meiya Tirera a annoncé sa retraite internationale, confiante que la nouvelle génération de Maliennes était prête à prendre le relais.

Marian Gnanou (23 ans), Côte d’Ivoire

Les sœurs Kani et Mariama Kouayte sont les porte-drapeaux de leur pays depuis de nombreuses années. Et même si elles sont des éléments incontournables et essentiels de la sélection ivoirienne, il y a une nouvelle venue qui ne cesse de s’affirmer.

Bien que son impact en termes de scoring ne soit pas impressionnant, l’intérieure de 1.96m est devenue indispensable dans la raquette. Gnanou a été la meilleure rebondeuse – moyenne de 7 par match – de son équipe lors du dernier FIBA Women’s AfroBasket.

Elle a disputé sa dernière saison avec le maillot de la Oklahoma State University.

Joseana Vaz (20 ans), Cap-Vert

Vaz incarne le renouveau du basket féminin capverdien. Agressive des deux côtés du terrain, la basketteuse de 20 ans – évoluant actuellement dans le club portugais de CAB Madeira – semble être taillée pour remplacer un jour la leader Jade Leitao.

Même si elle n’a joué que trois matchs, Vaz a fini seconde meilleure marqueuse du FIBA Women’s AfroBasket 2019 avec une moyenne de 15 points.

Sara Caetano (17 ans) – Angola

Certaines personnes voient en Caetano le plus beau talent angolais de ces dernières années. Meilleure marqueuse du Championnat d’Afrique féminin U16 FIBA, elle a été élue MVP du camp Basketball Without Borders de l’an dernier à Dakar.

Alexia Dizeko (19 ans) – Angola

La verve offensive de Dizeko est l’une des raisons qui ont permis à l’Angola de décrocher la 3e place du Championnat d’Afrique féminin U18 FIBA 2018.

Rapide et agressive en pénétration, la jeune fille de 19 ans a tourné à 13 points de moyenne dans ce tournoi, obtenant sans surprise une place dans le “5 majeur” de la compétition.

Sa sélection en équipe senior pour le FIBA Women’s AfroBasket 2019 n’a surpris personne.

Batouly Camara (23 ans) – Guinée

La Guinée est passée tout près d’une participation au dernier tournoi continental. Batouly a été brillante dans la série de deux matchs contre le Cap-Vert. Elle s’est comportée en leader des deux côtés du terrain, mais il faudra encore patienter pour la voir à l’œuvre au FIBA Women’s AfroBasket.

Ancienne joueuse de l’Université du Connecticut (USA), elle a récemment rejoint le Club Baloncesto Bembibre, en Espagne.

Raneem Elgedawy (23 ans) – Égypte

Avec deux participations à des Coupes du Monde féminines jeunesse, Elgedawy était déjà assez expérimentée lorsqu’elle a fait ses débuts en sélection senior à 18 ans, à l’occasion du FIBA Women’s AfroBasket 2015 à Yaoundé (Cameroun).

Son tranchant et son agressivité face à des joueuses plus grandes et plus expérimentées qu’elle ont été déterminants dans les succès de son équipe nationale.

Elle est actuellement engagée auprès de l’Université du Western Kentucky (USA).

Meral Abdelgawad (21 ans) – Égypte

Il y a trois ans, dans le cadre de la Coupe du Monde féminine U19 FIBA, Abdelgawad a terminé 2e meilleure marqueuse avec 17.4 points de moyenne par match – soit seulement un petit point de moins que la MVP Maria Vadeeva.

Pour cette distributrice rapide et aux nerfs solides, le futur s’annonce très prometteur en sélection égyptienne.

Comme sa compatriote Elgedawy, Abdelgawad joue à l’Université du Western Kentucky.

Bella Murekatete (20 ans), Rwanda

Élue dans le “5 majeur” du Championnat d’Afrique féminin U18 FIBA 2018, Murekatete a affiché un double-double de moyenne, avec 17 points et 14 rebonds, dans la conquête d’un 4e rang historique pour le Rwanda.

Cette intérieure de 1.96m est pressentie comme la future leader de l’équipe nationale du Rwanda, dont la dernière participation au FIBA Women’s AfroBasket remonte à 2009.

Murekatete porte actuellement le maillot de l’Université de Washington State. Sa page de profil suggère qu’elle est ‘la première femme née au Rwanda évoluant dans cette Division.”

Comptant de nombreuses joueuses dans diverses universités américaines, le Nigeria peut à n’importe quel moment faire éclore de futures grandes stars.

Les Éliminatoires du FIBA Women’s AfroBasket 2021 auront lieu avant la fin de l’année. Les demi-finalistes de l’édition 2019 – Nigeria, Sénégal, Mali et Mozambique – se sont déjà automatiquement qualifiés pour le tournoi continental à 12 nations.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer