ENFANTS ÉGORGÉS À TOUBA/ Le père des deux mômes, cueilli par la Dic… Bara Touré serait perdu par un couteau.

Rebondissement dans l’affaire des deux enfants tués à Touba, en l’occurrence Serigne Mbacké Touré (4 ans) et Mame Daouda Touré (2 ans). La Division des Investigations Criminelles et la police Divisionnaire de Touba ont cueilli dans la journée du mardi Bara Touré.

Père des deux enfants, il pourrait être l’auteur de cette atrocité commise le 27 septembre 2019. En effet, une importante quantité de moyens matériels et humains a été déployée pour faire la lumière sur cette horrible affaire.

Il y a quelques mois, l’information selon laquelle la police avait formellement identifié le meurtrier présumé avait filtré et déjà l’on parlait de ce dernier comme potentiel coupable.

Son arrestation est adossée aux conclusions qui ont été déposées par la police scientifique.

Pour rappel, après l’assassinat des deux enfants Touré, le père avait tenté de se suicider juste après la découverte par les enquêteurs de quelques pièces à conviction. Un voisin de la famille éplorée de nous filer, en son temps, un détail important.  Bara Touré, disait-il, n’avait jamais prémédité sa tentative de suicide. C’est en apprenant certaines informations relatives aux meurtres qu’il avait craqué. Ne pouvant plus contenir son chagrin, il avait ainsi pété les plombs.

Les mères des deux victimes ont été, certes, interpellées par la police de Ndamatou, seulement c’était pour être entendues sur le drame et surtout pour leur mise à l’abri. En termes plus clairs, ces dernières n’ont jamais été arrêtées par les limiers, mais juste isolées pour minimiser les risques de traumatisme et surtout pour n’avoir jamais fait l’objet de soupçons.

Les enquêteurs étaient, en son temps, étonnés de remarquer que la quantité de sang trouvée sur place était relativement peu abondante. L’autre hic était que l’auteur du crime avait choisi d’épargner les deux autres filles qui dormaient à côté. C’est après que la conclusion a été faite de retenir que les enfants ont été égorgés à l’extérieur de la chambre.  D’ailleurs, des habits entachés de sang et un couteau ont été ramassés dans une maison voisine non habitée.

Pour rappel, les corps sans vie des garçons avaient été récupérés, à l’époque, par les sapeurs-pompiers de Touba alertés à exactement 05 h 50 minutes et ont été acheminés à la morgue de l’hôpital Matlaboul Fawzeïni de Touba. Ce cauchemar avait eu lieu dans la cité au moment où Touba s’était vidée de l’essentiel de ses adultes à cause de l’inauguration de la mosquée Massalikoul Jinaan à Dakar.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer